Améliorer l'aspect visuel (thèmes, fonds d'écran, etc.)

Thème GDM par défaut de EtchToute distribution Linux est personnalisée pour y intégrer des éléments visuels distinctifs. Cela inclut les écrans de démarrage, l’aspect de l’installateur, l’écran de connexion (thème gdm), les fonds d’écrans, les thèmes Gtk+ et j’en oublie sûrement. Tous les artistes qui souhaitent contribuer à Debian dans ces domaines sont les bienvenus sur http://www.debianart.org/, ils peuvent soumettre librement leurs œuvres et les mettre à disposition de tout le monde.

En plus des éléments intégrés à la distribution, il y a l’apparence du site web. Il est de renommée mondiale que son look « années 1990 » laisse à désirer et qu’il est possible de faire plus joli sans pour autant sacrifier les aspects positifs (traduction, accessibilité, usage de tout l’espace, etc.). Certains s’y attellent : la page LayoutProposal du wiki regroupe quelques propositions. Les dernières, comme celle-ci, sont d’ailleurs assez prometteuses. Pourtant ce n’est pas la première fois que je vois des maquettes qui ne passent jamais à l’étape de « production ». Des volontaires motivés pour mener à terme ce projet sont donc toujours les bienvenus sur la liste debian-www. Le site web contient les explications nécessaires pour comprendre son fonctionnement actuel.

Dernier élément relevant du « visuel », il y a les jaquettes de CD/DVD (exemple de contribution). Là aussi, n’hésitez pas à laisser parler vos talents d’artiste!

Cet article fait partie d’une série expliquant – par des exemples – comment contribuer à Debian.

Comment suivre l’actualité Debian

Dans les commentaires de mon dernier article sur les planètes Debian, je m’interrogeais sur ce que les gens attendent d’une planète comme planet-fr.debian.net. N’hésitez pas à me faire part de vos points de vues sur le sujet !

Je mentionne cela parce que cet article est la conséquence directe d’une réponse que j’ai obtenue me disant en substance qu’il n’y a pas grand chose de mieux pour suivre l’actualité de l’intérieur sans passer des heures à lire des listes de diffusion. Il y a un peu de vrai dans cette remarque et j’en profite donc pour faire le tour des différentes options disponibles pour suivre les « actualités Debian ». Je mentionne en premier ce qui concerne les utilisateurs et plus on progresse dans l’article, plus cela concerne les contributeurs ou utilisateurs avancés/passionnés.

Listes de diffusion tout public

Les listes de diffusion restent le premier moyen de communication employé par Debian. Pour les francophones, la lecture de debian-news-french est un passage obligé. La liste est modérée et ne reçoit que quelques messages par mois dont la traduction des Debian Weekly News (qui ne sont plus vraiment hebdomadaires par manque de contributeurs motivés!).

Ceux qui comprennent l’anglais peuvent également profiter de debian-announce et debian-news. La première ne contient que quelques messages par an (en général les annonces de nouvelle versions) alors que la seconde a vocation à recevoir plus d’actualités (ex: Debian Weekly News, participation aux Google Summer of Code, étape importante dans le développement d’une nouvelle version, nouveau produit basé sur Debian, etc.).

Enfin, la liste debian-security-announce permet d’être notifié à chaque mise à jour de sécurité afin de prendre les mesures nécessaires aussi rapidement que possible. Il existe aussi un flux RDF que vous pouvez suivre avec votre lecteur de flux habituel.

Sites web et flux pour tout le monde

Du côté francophone, il n’y a rien d’officiel. Les planètes des contributeurs et des contributeurs+utilisateurs sont sûrement la meilleure source à long terme. Il existe quelques sites animés par des utilisateurs passionnés mais ils tendent à être obsolètes puis remplacés par leurs blogs respectifs … qui peuvent ensuite être syndiqués sur une planète. 🙂

Du côté anglophone, c’est un peu mieux: times.debian.net est un site animé par des contributeurs Debian qui se coordonnent sur la liste debian-publicity. On peut s’y abonner par un flux RSS: articles de presse, nouvelles de debian-installer, présentation de paquets Debian (provenant de debaday) sont au menu !

Listes de diffusion pour les utilisateurs de unstable et les curieux

Ceux qui aiment bien être sur le front des nouveautés côtoient forcément les développements en cours dans unstable et sont donc bien avisés de suivre debian-devel-announce. Cette liste est employée pour communiquer les changements importants à tous les développeurs Debian. Cette liste est pseudo-modérée puisque seuls les développeurs Debian peuvent y poster des messages (signés avec leur clé GPG). La lecture de cette liste est obligatoire pour les développeurs Debian et ceux qui souhaitent le devenir. C’est aussi par cette liste que les développeurs sont conviés à voter (pour des élections ou des « résolutions générales »).

Les plus aventureux peuvent s’abonner à debian-devel-changes et être informés en temps réel des paquets mis à jours. Attention, cela représente entre 30 et 200 mails par jour (autour de 80 en moyenne) !

Site(s) web pour les curieux qui ont du temps

Planet.debian.org est le seul site qui me vient à l’esprit. Il regroupe les blogs de nombreux contributeurs au projet… du coup ca parle beaucoup de Debian, mais pas uniquement. En effet l’objectif premier de la planète est d’offrir un autre regard sur les contributeurs que l’on côtoie déjà sur les listes et de découvrir ce qu’ils font par ailleurs. Le principal désavantage c’est qu’il y a du volume: plusieurs dizaines d’articles par jour et il faut trier pour trouver ce qui vous intéresse.

Listes de diffusion pour les contributeurs

Je ne vais pas les lister toutes, il y en a de trop, chacune est spécialisée sur un domaine de contribution particulier. Mais il y a quelques listes généralistes: debian-devel regroupe des discussions techniques concernant le développement de Debian alors que debian-project est plus orienté sur les problèmes organisationnels ou philosophiques. Enfin, debian-vote est utilisée pour discuter les résolutions générales que certains développeurs veulent amener au vote.

Les francophones peuvent aussi utiliser debian-devel-french pour discuter de tous ces sujets en français.

Canaux IRC pour les contributeurs

Les contributeurs francophones sont regroupés sur #debian-devel-fr sur irc.debian.org. Évidemment #debian-devel est le canal (anglophone) de référence. Attention, les utilisateurs sont les bienvenus pour observer mais ce ne sont pas des canaux de support technique !

Les discussions sont diverses et variées: coordination et entre-aide entre contributeurs, problèmes techniques, accrochages entre contributeurs, revue de presse sur Debian, commentaires sur l’actualité, etc.

Signalons aussi qu’il est de bonne manière de remplir son « Realname » (Nom réel) lorsqu’on se connecte sur IRC. Le milieu du logiciel libre n’aime pas trop les anonymes. 🙂

Du déclin commercial de Mandriva

Apparemment RedHat a décroché un gros contrat avec le ministère de l’éducation nationale et cette distribution équiperait près de 2500 serveurs en France.

D’un autre côté, aux dernières nouvelles, les ministères de l’Intérieur et de la Défense employaient plutôt Debian (avec notamment le déploiement en masse par la gendarmerie de OpenOffice d’abord sous Windows puis sous Debian).

En googlant, j’ai quand même réussi à trouver que Mandriva équiperait les serveurs du ministère de l’Agriculture. En tout cas, force est de constater que Mandriva n’arrive pas vraiment à s’imposer sur les serveurs (même en France!) et que sa reconversion vers un business de services n’est pas réellement convaincante. Il n’est pas rare que les solutions déployées par leur branche « offre professionnelle » soient basées sur du Debian (et pour une société de service — même affiliée à un éditeur — il n’y a pas de mal à cela, c’est tout à fait légitime d’employer la solution la plus adaptée au cas de chaque client).

Pourtant, il est amusant de faire le parallèle entre Mandriva et Ubuntu, les deux ont connu un engouement très important à leur lancement parce que leur politique est (ou a été) de simplifier l’accès à Linux au grand public. Les deux ont monté plus tard des offres « serveurs ». Au final, Mandriva vivote et Ubuntu prospère.

Bien sûr, on ne sait rien de la santé financière de Canonical (la société derrière Ubuntu) et bien sûr Mark Shuttleworth a injecté 10 millions de dollars pour permettre à Ubuntu d’exister. Mais d’un autre côté, Mandriva a eu des millions d’euros également entre les levées de fond à l’époque des start-ups puis de son introduction en bourse. Mais là où Canonical a commencé avec peu de développeurs (20 à 30 à tout casser), Mandriva a rapidement consommé l’argent levé.

En fin de compte, je reste persuadé que Mandriva aurait pu connaître un autre sort si elle s’était basée sur Debian. Pas besoin d’inventer « cooker », Debian sid était déjà là. Et au moins, elle aurait eu de réels arguments pour se différencier de RedHat ou SuSe sur le marché des serveurs… d’ailleurs, Gaël Duval — co-fondateur de Mandriva — travaille désormais sur Ulteo, un projet basé sur … Kubuntu !

Virtualbox 1.5 dans sid

Virtualbox 1.5 « Open Source Edition » vient d’arriver dans Debian sid/unstable. Cela ravira les fans de VMware puisqu’on y retrouve la plupart des caractéristiques intéressantes de ce dernier: une interface graphique assez claire qui évite de se plonger dans une longue page de manuel (ceux qui ont mis en place des réseaux de machines virtuelles Qemu comme moi pourront vous en parler ;-)) et des fonctionnalités de type « snapshot ». Quelques fonctionnalités avancées ne font pas partie de la version libre, c’est le cas notamment du support USB et du serveur RDP intégré.

Écran principal de Virtualbox Open Source Edition

Notons au passage que le paquet de la version 1.4 était apparu il y a quelques jours sous le nom « virtualbox » mais que ce dernier doit rapidement disparaître (#440792) puisque le nom du paquet sera « virtualbox-ose » … pour éviter le problème de marque déposée par Innotek sur « virtualbox ». (Si seulement la Mozilla Foundation avait pu être aussi souple et proposer un nom standard du type « Firefox Open Source Edition » pour ceux qui ne peuvent se plier à leurs règles de « pas de changements ». Cela nous aurait évité Iceweasel et tout le monde aurait été gagnant. Mais je m’égare là…)

$ sudo aptitude install virtualbox-ose virtualbox-ose-source

Virtualbox requiert un module noyau dont les sources sont fournies dans le paquet virtualbox-ose-source. Heureusement, avec module-assistant toute l’opération de compilation/création de paquet/installation peut être automatisée:

$ sudo module-assistant auto-install virtualbox-ose-source

Si on lance module-assistant sans paramètres, on obtient une petite interface texte qui permet d’exécuter ces différentes étapes de manière interactive (cela évite d’avoir à se souvenir de la syntaxe de la ligne de commande, et permet de naviguer dans la liste des tous les modules optionnels que l’on peut compiler par ce biais).

Enfin, pour lancer des machines virtuelles en tant que simple utilisateur il faut se rajouter dans le groupe vboxusers (sudo adduser rhertzog vboxusers dans mon cas). Et voilà (modulo la déconnexion/reconnexion nécessaire pour faire effectivement partie du groupe), vous pouvez lancer virtualbox (il apparaît dans le menu Applications/Outils système normalement).