Le revenu de base, un rêve de développeur de logiciel libre ?

En tombant par hasard sur l’article L’aliénation du plein emploi de Lionel Dricot — un autre développeur de logiciel libre — j’ai décidé de bloguer à mon tour pour casser le mythe du plein emploi et promouvoir le concept du revenu de base.

Le travail n’est plus une nécessité vitale

Le film de Daniel Häni et Enno Schmidt nous rappelle de manière fort à propos que nous travaillons dur depuis longtemps à rendre le travail obsolète en l’automatisant autant que possible. Force est de constater que subvenir aux besoins de base de l’humanité ne nécessite plus que tout le monde travaille. Produire la nourriture que l’on mange, construire les logements qui nous abritent, cela occupe 15% de notre population tout au plus.

Pourtant le travail est imposé à tous

Trouver un travail rémunéré pour les 85% restant de la population est le challenge que toute notre classe politique veut relever car c’est le seul moyen officiel de gagner de l’argent pour subvenir à ses besoins.

Travailler pour de l'argent pour subsister

Même si le plein emploi n’est plus possible

Notre « société de consommation » ne crée effectivement des emplois que lorsque la société dans son ensemble consomme plus d’année en année. Cette course a la croissance est problématique sur une planète aux ressources limitées (on ne peut pas produire et polluer à l’infini), elle est pourtant nécessaire pour l’équilibre économique dans un système d’argent-dette (en simplifiant: l’argent est crée par les banques qui accordent des prêts, l’argent nécessaire pour rembourser les intérêts doit être récupéré sur de l’argent emprunté par d’autres, donc il faut une masse monétaire croissante pour éviter un effondrement du système).

En outre nous constatons que l’argent se concentre dans les mains des plus riches, et dans le milieu financier de manière plus générale. Si l’argent ne revient plus correctement aux mains de l’ensemble de la population, la croissance n’est pas possible. Le système est dans l’impasse.

En réalité le travail ne manque pas

Nous manquons de crèches pour nos enfants, d’entraîneurs dans nos clubs de sport, de policiers pour assurer notre sécurité, de chercheurs pour trouver un remède contre les cancers, d’enseignants pour nos enfants, de temps pour s’occuper de nos enfants, etc.

À titre plus personnel, je manque de temps pour développer les logiciels libres qui me tiennent à cœur… tout simplement parce que je dois me concentrer sur les tâches des clients qui me paient, afin que je puisse rembourser les emprunts que j’ai fait pour le bien être de ma famille.

Mais il n’est pas rentable

Toutes les tâches que j’ai listé sont utiles à la société mais ne sont pas développées sous forme d’activités économiques parce qu’elle ne sont pas rentables dans notre système capitaliste.

Le revenu de base est la solution

L’idée du revenu de base est de donner à tout être humain un revenu minimal inconditionnel. Ainsi, que l’on travaille ou pas, chacun devrait percevoir un revenu suffisant pour se loger et se nourrir. Il se cumule aux revenus du travail.

Ce matelas de sécurité change la donne à tous les niveaux et libère le potentiel humain :

  1. fini l’obligation d’accepter un poste, le travail sera choisi et les condition de travail mieux négociées ;
  2. les tâches ingrates seront mieux rémunérées (ou alors automatisées) ;
  3. créer l’emploi de ses rêves deviendra naturel (car le facteur risque est limité) ;
  4. licencier et embaucher sera plus simple car les conséquences seront moins problématiques pour la société ;
  5. ceux qui ne veulent pas travailler ne travailleront pas au lieu de traîner des pieds à des postes qu’ils n’apprécient pas ;
  6. chacun sera libre de choisir ce qu’il fait, activité rémunérée ou non, à temps plein ou temps partiel, selon ses envies.

La liste des conséquences est bien plus longue et de nombreux ajustements seront nécessaires, mais je suis convaincu que cela sera grandement bénéfique à la société dans son ensemble.

Et vous que feriez-vous si votre revenu était garanti ?

Cela vous semble utopique ? De nombreux économistes ont défendu le concept. Et maintenant c’est au tour du grand public de s’accaparer l’idée. « Rien n’est plus puissant qu’une idée dont l’heure est venue! » dit la citation. Alors…

Agissez maintenant !

Cliquez-ici et allez signer l’initiative européenne qui invite notre classe politique à étudier le concept et sa faisabilité. C’est un peu complexe (il faut donner le numéro de sa carte d’identité pour les Français) mais c’est parfaitement sécurisé et les données ne sortent pas des serveurs de la commission européenne. C’est important, prenez les cinq minutes nécessaires.

Ensuite, partagez cet article sur les différents réseaux sociaux que vous utilisez, voire allez-y de votre propre article de blog !

Enfin, donnez de l’argent pour aider à la promotion de cette initiative en participant à cette campagne sur KissKissBankBank. Je viens de donner pour rattraper le temps perdu… j’aurai du faire cet article il y a plusieurs mois déjà.

Retrouvez d’autres idées de promotion sur le site français du revenu de base : http://revenudebase.info/agir/

revenu-base-ice-logo

Commentaires

  1. jackson a écrit:

    Bonjour, y a t-il une licence a ce texte ?
    J’aimerais le partager a mon entourage en changeant néanmoins le titre car c’est un rêve pour bien d’autres professions qui «creusent des trous pour les reboucher». Ce texte est simple et accessible, je ne voudrais pas que le titre dissuade les moins motivés de le lire.

    • Jackson, je veux bien mettre cet article sous CC-BY-SA 3.0 si cela t’arrange.

      • jackson a écrit:

        Parfait, merci. Je tente de le remixer avec celui de Ploum et d’y ajouter des pistes sur le financement.

        • Bonjour Jackson, je veux bien avoir l’URL de ton document remixé. Parce que cela m’intéresse de partager mon texte retravaillé pour une cible plus large que juste le monde du libre.

          • jackson a écrit:

            Bonjour,
            J’ai à peine commencé ma réécriture, ayant été AFK de tout le weekend. Dès que j’y parviens je posterai l’url.

  2. Scelerat a écrit:

    Je ne comprends pas le raisonnement « le travail ne manque pas il n’est pas rentable » donc il faut donner des sous même si les gens ne travaillent pas en espérant que du coup,

    La réalité est que les tâches qui ne sont pas rentables ne le sont pas parce que les gens n’y voient aucun intérêt.

    Si personne ne te paye pour développer du logiciel libre, c’est que tu ne propose pas de faire un logiciel qui pourraient être suffisamment utile (principe du lickstarter) et donc, que personne ne ressent le besoin de te payer pour ça

    • Scelerat, il manque un bout à ta première phrase. Toujours est-il qu’être intéressé et être prêt à mettre de l’argent sont deux choses différentes… je vois un intérêt certain à ce que les parents passent plus de temps à éduquer leurs enfants, mais je ne vais pas payer tous les parents que je croisent pour cela. La musique et les films intéressent des tas de gens qui les piratent car ils ne sont pas prêts à les acheter. Le logiciel libre présente des problématiques similaires, on peut facilement financer un logiciel qui répond à un besoin de nombreux utilisateurs, on peut plus difficilement financer une bibliothèque qui va faciliter la tâche à quelques centaines de développeurs de par le monde. Etc.

  3. Tranche a écrit:

    « Le revenu de base, un rêve de développeur de logiciel libre ? »
    Je ne vois pas le rapport entre logiciel libre et revenu de base.

    « Cela vous semble utopique ? De nombreux économistes ont défendu le concept »
    Oui, enfin malheureusement de nombreux économistes (et des scientifique de tout ordre) ont déjà soutenu mordicus des théories qui se sont révélé être fausses …
    Je ne dis pas que c’est pas une bonne idée mais il manque un gros point dans l’argumentation : la question du financement du revenu de base. Et cette partie ne peut pas se contenter d’un « De nombreux économistes ont défendu le concept », non il en faudra plus : de nombreux biologistes ne croyaient pas en la théorie de l’évolution, de nombreux physiciens croyaient en la phlogistique (http://fr.wikipedia.org/wiki/Phlogistique), de nombreux économistes se sont déjà plantés (http://fr.wikipedia.org/wiki/Communisme).
    Même un calcul approximatif ça serait le bienvenue (en gros on remplace les allocs chômages, mais on ajoute une taxe revenu de base sur les entreprises + qlq que truc qui doivent m’échapper).
    Bref comment ça marche et ce que ça peut marcher au sens mathématico-économique ? Si oui, démonstration nécessaire.

    • Cher Tranche, le rapport est simple: ce qui me motive dans la vie c’est de contribuer à la société en développant du logiciel libre, mais la société ne me laisse pas faire cela sauf si je trouve des gens prêts à me donner de l’argent pour ce que je fais. Le revenu de base nous sort de cette obligation et permet à chacun de choisir la contribution qu’il apporte à la société (ou pas) sans être obligé de faire rentrer cela dans le moule d’un emploi au sein d’une entreprise à but lucratif.

      En ce qui concerne le financement, il y a de nombreuses approches possibles, je t’invite à lire http://revenudebase.info/comprendre-le-revenu-de-base/financement/ ainsi que Objectif Oïkos du cercle des jeunes dirigeants: http://www.jeunesdirigeants.fr/Default.aspx?tabid=1531

      Personnellement, je suis partisan d’une réforme fiscale et monétaire d’envergure qui cumulerait plusieurs de ces approches… les propositions émises dans Objectif Oïkos vont dans cette direction, mais j’y rajouterai volontiers le partage de la création monétaire.

  4. Credo a écrit:

    C’est intéressant et bien beau, mais j’avoue ne pas avoir bien compris le concept.
    qui va assurer le revenu de base aux citoyens?(qui va le payer)
    Ne risque t’on pas de créer une générat° de flemmards? Beaucoup profiteront du système(point 5) pour ne rien foutre et au mieux s’adonner à leurs vices.

    • « qui va assurer le revenu de base aux citoyens?(qui va le payer) »

      Qui donc crée une monnaie prétendue « commune » ? http://www.creationmonetaire.info/2013/10/masse-monetaire-en-revenus-de-base-octobre-2013.html

      « Beaucoup profiteront du système(point 5) pour ne rien foutre et au mieux s’adonner à leurs vices »

      Affirmation gratuite qui n’est pas démontrable dans un système monétaire qui n’est pas un système libre. Puisque pour démontrer ce fait il faudrait sur la base d’une monnaie à Revenu de Base, remarquer éventuellement une telle chose.

      Par ailleurs la Justice suppose que tout homme est innocent avant que d’être jugé coupable. Le procès d’intention va contre toute notion de Droit.

      Enfin, si d’aventure un homme s’adonne au « vice » ce n’est pas condamnable en soi. Si par ailleurs un homme s’adonne à des actes réprouvés par les autres hommes qui jugent ces actes comme nuisibles pour eux-mêmes, alors cet homme est jugé, puis éventuellement condamné par un tribunal librement établi, et éventuellement sanctionné le cas échéant.

      Mais ceci n’a rien à voir avec la façon dont la monnaie fonctionne. La monnaie choisie par les hommes, que ce soit le bitcoin, le freicon, le WIR, le KiemGuauer ou toute autre monnaie, est totalement hors sujet quant à ce qu’en font les hommes, supposés par défaut être parfaitement innocents de tout jugement à priori sur la nature de leurs actes, et ne pouvant être condamnés que devant un tribunal.

    • Credo, j’ai déjà donné des liens pour le financement dans un autre commentaire. Il serait logiquement versé par l’état à ses citoyens.

      Quant au risque de créer un génération de « flemmard » c’est le premier contre-argument que tout le monde donne: 80% des gens pensent que les gens ne travailleront plus s’ils n’en ont pas besoin. Par contre si on leur pose la question « et vous arrêteriez-vous de travailler avec le revenu de base? » et bien 80% répondent non. Donc c’est une fausse crainte…

      Et entre nous, les flemmards existent déjà, ils essaient de se trouver des jobs « planqués » et leur contribution à la société est nulle voire négative (ils représentent souvent des freins au changement dans une entreprise). Si je me souviens bien, 30% des fourmis ne font rien d’utile, mais la société des fourmis fonctionnent quand même… je crois au contraire que ces flemmards trouveront d’autres moyens de s’épanouir et d’apporter sa pierre au monde, dans l’immense panel de ce que l’on peut faire si l’on n’a pas d’obligation d’un travail pour survivre.

  5. Excellent post. Pour creuser ton approche revenu de base / logiciel libre je te propose d’autres pots qui éclairent d’autres perspectives. Notamment un sur Debian justement :

    http://www.creationmonetaire.info/2012/02/debian-14-milliards-deuros-valeur-libre.html

    Free software and free money : http://www.creationmonetaire.info/2013/07/rmll2013-free-software-and-free-money-la-video.html

    Un autre sur l’incomplétude de la notion erronée de « valeur » limitée aux seules valeurs connues : http://www.creationmonetaire.info/2013/09/aucun-travail-ne-produit-de-%E1%B8%A1valeur.html

    Un autre sur la structure numérique du code monétaire et l’ouverture aux monnaies établissant de nouvelles bases notamment la base de l’homme comme base de création monétaire : http://www.creationmonetaire.info/2011/09/le-monopole-du-code-monetaire.html

    Et enfin un dernier concernant plus particulièrement OpenUDC : http://www.creationmonetaire.info/2011/08/openudc-standard-monetaire-respectueux-des-derniers-entrants.html

    Ce qui signifie qu’un développeur de logiciels libres voulant établir une économie reconnaissant les valeurs libres, peut comprendre qu’il est possible de commencer par le commencement, c’est à dire développer un logiciel libre qui crée une monnaie libre relativement aux utilisateurs de cette monnaie (ce que n’est pas le bitcoin) comme le projet OpenUDC.

    La monnaie étant libre relativement aux individus présents et futurs, donc relativement à tous les utilisateurs et pas seulement ceux de l’instant « t », alors l’économie peut se déployer librement. La monnaie n’étant pas libre, l’économie ne peut pas l’être non plus.

  6. Trézheur a écrit:

    Suite à la lecture de votre post, je ne peux que vous inviter à visualiser cette vidéo qui illustre vos propos.
    http://www.dailymotion.com/video/x11viii_manifeste-pour-un-statut-politique-du-producteur-reseau-salariat_news#from=embediframe

    • Merci pour le lien, c’est intéressant et il y a des aspects qui se recoupent, mais ce n’est pas exactement la même chose non plus. Le salaire à vie basée sur la qualification n’offre plus de moyen de valoriser l’initiative personnelle au delà du salaire auquel on a droit. Et culturellement c’est peut-être un saut encore plus grand…

      • Ce que tu dis est très juste, et il y a encore un autre point à réfuter, c’est la notion de « qualification » :

        1°) Un examen qui prétend donner du sens au terme « qualification » est falsifiable, objet de convoitise, tronqué, ne correspondant pas, sujet à corruption et à dévoiement. Ce qui fait qu’il est en pratique impossible de « qualifier » un être humain même en supposant qu’il existe des « qualifications ».

        2°) L’être humain qui crée une ğqualification, non figée, innovante, en mouvement, comparable à aucune qualification connue, ni aucune façon de qualifier connue, ne sera pas reconnu dans tout système de mesure et d’examen. Ce qui rejoint la non-reconnaissance des capacités de productions nouvelles, de l’initiative individuelle.

        http://www.creationmonetaire.info/2013/09/aucun-travail-ne-produit-de-%E1%B8%A1valeur.html

  7. Alexandre a écrit:

    Très bonne idée… pour les salariés.
    Mais comment certaines entreprises vont pouvoir y survivre ? Proposer des boulots pourris et/ou dangereux pour une misère ? Comment exploiter la misère des gens ?

    • Alexandre, je ne comprends ta remarque. La survie des entreprises ne dépend pas de leur capacité à exploiter la misère des gens mais de leur capacité à créer de la valeur. Si on ne peut plus exploiter les gens à bas coût sur des tâches ingrates, elles devront s’adapter (inventer des robots pour ces tâches, faire payer le service plus cher, etc.).

  8. Leo a écrit:

    Sujet passionant s’il en est. Le revenu de base resoudrait bien des problemes.
    A ce sujet voir les bouquins de Bernard Friot ou ses conférences pour ceux qui ne connaissent pas.

    De mon coté, je vois plusieurs points bloquants:
    – on part du postulat que tout le monde il est gentil. Mais je suis sur que des gens utiliseront le temps libre gagné grace au revenu de base à nuire aux autres (comme le gars qui a fini dans un job qui ne lui plait pas freine son entreprise).
    – et surtout on oublie tous ceux qui ont aujourd’hui le pouvoir grâce au chantage à l’emploi, et qui ne se laisseront pas faire, c’est pas avec une petition qu’on aura un revenu de base, il faudra l’arracher dans la douleur (a mon avis).

    Après, on sait que ca marche déjà, les retraités et les chomeurs ont déjà une sorte de revenu de base, qui leur permet de continuer a consommer dans la société.

    • Leo, Je ne partage pas ta visions des points bloquants. Les personnes qui aiment nuire n’attendent pas d’avoir du temps libre pour le faire, elles savent le faire en toutes circonstances. On a des lois pour les cas les plus graves et on peut choisir de les ignorer (ou pas) pour les cas les moins graves…

      Ensuite je ne suis pas convaincu que le vrai pouvoir soit dans la capacité d’user du chantage à l’emploi. Je le placerai plutôt dans les sphères financières… ceci dit il est évident qu’il y aura toujours des gens qui pensent avoir à perdre. Mais dans une démocratie bien faite l’intérêt général devrait pouvoir primer sur l’intérêt particulier et le changement pourrait se faire sans révolution.

      Quoi qu’il en soit la pétition n’est qu’un geste symbolique pour amener le débat et l’idée sur le devant de la scène politico-médiatique. Ce n’est que le début…

  9. défenseur du concept du revenu de base, je ne peux que me réjouir de lire ton post.
    mais réaliste aussi, je ne peux que constater que les « maîtres » du monde ne lacheront jamais leurs privilèges et leur fric, leur pouvoir et leur préjugés ; pour eux, les défenseurs du revenu de base ne sont que de gros flemmards qui veulent juste rien foutre et profiter de la richesse globale générée par les autres, ceux qui bossent. ce qui est assez ironique quand on s’apperçoit que ces hommes de pouvoir font la même chose (profiter des richesses générées par d’autres)
    bref, merci pour cet article clair et accessible, merci d’y croire, mais je ne pense pas que le revenu de base puisse émerger d’une négociation.
    le revenu de base n’est pas utopiste … il est irréalisable dans notre société, dans laquelle un petit groupe de personnes a déjà décidé du sciècle à venir et de comment ils vont pouvoir nous la mettre bien profond…
    de tous temps, jamais les nantis n’ont laché prise sans révolution. j’en suis désolé, mais l’histoire est ainsi faite.

    il reste cependant un maigre espoir dans un coin de mon cerveau abimé, celui d’une humanité juste et solidaire, dans laquelle l’homme serait humain parmis les autres et non pas au service de quelques uns.